Peintre impressionniste abstraite, mon exploration de l’espace pictural s’appuie sur les notions d’empreinte et de trace, d’accumulation dans la fabrication et témoigne d’une tension entre le mouvement libre, énergique ou coulant et le geste contrôlé. En fait, cela pourrait décrire mes techniques de travail aussi bien que l’œuvre elle-même qui est construite par couches, chacune servant de support et d’inspiration à la suivante, révélant des traces et provoquant des accidents visuels, complexes et impossibles à reproduire. C’est le fait de conserver des éléments de chacune des couches, de confronter les équilibres créés par différentes masses et de les faire cohabiter, parfois de façon choquante et incongrue, qui crée ces accidents. L’œuvre achevée est le résultat de ce cumul et, étrangement, s’en dégage souvent un caractère végétal.

Dans mon travail récent, j’utilise le masking tape pour accentuer ces mécanismes, il en résulte des effets de fibres, de tissage, qui donnent aux tableaux, il me semble, encore plus de matérialité. Je passe du mur à la table où le travail, comme celui d’une tapisserie ou d’une courtepointe, devient plus méditatif, répétitif, mécanique. Sur un début gestuel, spontané et suivant certaines consignes de départ que je me suis donné – des empreintes, un choix de couleurs, un sens vertical ou horizontal, etc. – je viens surimposer des éléments construits de motifs et de lignes qui font penser à des pièces de tissu. Par ces constructions dénuées de perspective, de sens et de symboles, je cherche à affirmer la bidimensionalité de la toile.

Depuis l’enfance, j’ai aimé fabriquer des choses de mes mains, en tricot, couture, broderie. En empruntant à ces arts textiles ancestraux et de tradition féminine, j’ai l’impression de retrouver ce plaisir.

En 2011, j’ai commencé à faire de la lithographie à l’Atelier Circulaire, suivi du monotype, de la collagraphie et de la linogravure; là aussi j’aime beaucoup les aspects techniques qui soutiennent la création. Le support papier me permet de travailler à de plus petits formats, ce qui m’est impossible avec les médium acryliques et la toile, et d’incorporer le dessin, les griffonnages. La gravure me force à planifier en partie les étapes de la création parce qu’il n’y a pas de retour en arrière possible d’une étape d’impression à l’autre, et ce sont des méthodes que je commence à intégrer dans la production des tableaux.

Depuis 1991, j’ai eu maintes expositions solos et collectives, entre autres dans des Maisons de la culture. Mes œuvres font partie de diverses collections privées et publiques, dont celle de Loto-Québec. 


ARTIST STATEMENT

A Montreal artist, I am an expressionist abstract painter who strives to express the two-dimensionality of the canvas, pulling it away from representation and becoming an end on its own.

My exploration of the pictorial space is based on the idea of impressions and traces, of build-up in fabrication that bears witness of the tension between free motion, vigorous or fluid, and the restrained movement. Indeed, this could define my work technique as well as the painting itself which is built in layers, each one the support and inspiration for the next one, exposing traces and inducing complex visual happenstances that would be impossible to recreate. Holding on to some elements of each layer, setting equilibriums created by different masses against one another and making them coexist –as shocking and unseemly it may look at times– is what creates these chance events. The finished work is the result of this cumulation, and, strangely enough, it often lets a vegetal effect transpire.

Recently, I have started using masking tape to accentuate these workings. The result is fiber and weaving effects that I find give the painting even more substance. I go from wall to work table where the work, like weaving, becomes more reflective, repetitive, and mechanical. From childhood, I have loved creating things with my hands –drawing, knitting, sewing, embroidery– and it’s like renewing with that pleasure. A breath of fresh air compared to the anxiety I often experience when facing a large canvas on a wall; when I can’t hold back doubts about the communication value of abstract painting in modern society.

I am also trying my hand at lithography. I must say I enjoy the technical aspects that support the making of a work. I have become an associate member at Atelier Circulaire in 2012.